lundi 6 mars 2017

Impressionné. Le Havre.

Me voici une fois de plus de passage chez les Havrais, et, quitte à faire un mauvais vers, vous m’en voyez, navré. Mais bon. Ce n’est pas le tourisme qui dirige mes choix et donc faisons avec.

Avec ce temps pourri.
Avec ce ciel aussi gris et détrempé que les immeubles de béton et que le macadam à leur pied.
Avec ces Havrais sympathiques malgré tout, ces mangeurs de harengs, ces derniers enchantent mes papilles, simplement préparés à l’huile et échalotes sur un lit des pommes de terre chaudes, me laissant cette haleine douceâtre que ma moitié refuse obstinément d’apprécier, oui, bon je m'égare...

Bref, faisons avec.


Quelques heures de free time ? (ainsi disent mes co-workers) : Sautons dessus ! 

Aujourd’hui, je partage avec vous le MuMa, entendez par là le Musée Malraux, (mimétisme imbécile, je suppose, à nos amis New Yorkais et leur MoMA) .


Il ne pleut plus, je vous y emmène à pied, venez. Demandant mon chemin à un couple de marcheurs, ils me répondent en cœur, le doigt pointé vers le sud : au bout là-bas, juste derrière «  l’œil » !

Donc voici «  l’œil » annonciateur du « Muma »
De son vrai nom « Le Signal » une œuvre d’Henri - Georges Adam, qui, je cite, voulait une forme plastique architecturale de dimension suffisante pour lier l'architecture du musée aux éléments maritimes du lieu.’

Réussie.  Et adoptée par les Havrais sous le pseudo de ‘l’œil’.


Le Musée Malraux du Havre est le plus riche musée, aprés celui d'Orsay, concernant l’impressionnisme me dit-on, et, de  fait, après visite, j’en suis convaincu.
Convaincu et impressionné - oui le jeu de mots était facile - impressionné par le nombre de tableaux et d’études de ciels de Boudin, mais pas que.
Boudin oui, des ciels, des vaches aussi et plus et plus encore...





Eugéne Boudin, aussi, chahuté par une expo temporaire de Jacqueline Salmon, photographe, « du vent, du sable, et de la mer », en d’intelligentes comparaisons.










Détail de la photo ci-dessus.

J.Salmo "joue" entre ses prises de vues superbes qui cotoient des relevés météorologiques tels que ceux du vent, ces flèches qui symbolisent le vent sur les cartes:
Sur les cartes météorologiques, le pointage du vent utilise des symboles universels : Les flèches indiquent la direction du vent et le nombre de barbules sa vitesse. Une demi-barbule correspond à 5 nœuds, une grande barbule à 10 nœuds et un triangle noir à 50 nœuds. (emprunté  à http://www.meteofrance.fr/prevoir-le-temps/observer-le-temps/parametres-observes/vent)
  

Détail de la photo ci-dessus




Détail de la photo ci-contre






Boudin, trés trés présent bien sûr, parce que né à Honfleur, mais trés tôt réside au Havre.

E.Boudin - Entrée du port à Trouville à marée haute.

 Eugéne Boudin partout.
En haut à droite: E.Boudin,- Le Croizic. Vue générale prise de Pen Bron.























Voilà donc quelques tableaux d'Eugène Boudin, il y en a tellement !

Oui mais pas que.
Sisley
Monet
Manet
Marquet
Fantin Latour
Renoir
Camoin
Gaughin
Dufy
Friesz
Etc
Etc
Etc
Quelques uns dans le billet suivant.
Mais tout n'est pas exposé, des toiles sont absentes, mais qu'importe la collection est im-pres-sion-nante par sa qualité et sa quantité.

à + Philfff



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire