samedi 16 septembre 2017

Reykjavik n'est pas capitale

Si Reykjavik est la Capitale de l’Islande, elle n’est pas capitale à visiter lorsqu’on vient dans ce pays.

Venir en Islande, c’est d’abord venir pour la grandiose nature qu’offre le pays !

Et avant de partir explorer les quatre coins de l’ile,
- outre barboter dans le lagon bleu, la face blanchie à la silice –
 il faut impérativement faire « Le Cercle d’Or »

Comme Wiki le définit, ce terme désigne les trois sites touristiques les plus fréquentés d'Islande :
le parc national de Þingvellir : site classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. Le Parlement islandais a été fondé à Thingvellir en 930. le site est situé à la séparation des plaques tectoniques américaines et européennes. La série Game of Throne a filmé quelques-unes des scènes dans ce parc national.
la chute de Gullfoss : située sur la rivière Hvita, Gullfoss (la Chute d'Or) est l'une des plus belles cascades d'Islande.
Geysir dans la vallée Haukadalur : ce site a donné le nom aux phénomènes des geysers. Bien que le geyser "Geysir" ne soit plus actif comme il a pu l'être, il peut propulser de l'eau bouillante (80° à 100°) jusqu'à 70 mètres de haut. À proximité, on retrouve le geyser Strokkur qui entre en éruption toutes les 10 minutes environ en propulsant l'eau à 20 m de haut.

le petit  cercle : LE CERCLE D'OR dans le grand cercle du Sud Ouest de l'Islande. (merci à http://www.cartograf.fr/pays/islande.php)
Mais bon, ça fait un peu short comme première visite, alors il vaut mieux extrapoler un peu le cercle et ‘tirer’ un peu plus vers le coin Nord Ouest et le coin Sud Est de ma petite carte.


 Je ne vous ferais pas un énième article sur que faire que voir que manger que boire sur ce beau pays, juste partager de belles photos pour le plaisir. Voici.

Au nord ouest : Demarrer vers Bogarnes, petite bourgade sans prétention mais dont les petites routes sont un régal pour les yeux, passant entre montagnes, lac et torrents.

Puis passer par Þingvellir, site classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. Le Parlement islandais a été fondé à Thingvellir en 930. le site est situé à la séparation des plaques tectoniques américaines et européennes. La série Game of Throne a filmé quelques-unes des scènes dans ce parc national.

Aller se rafraichir un peu plus encore à Gullfoss. La cascade est à deux étages : la première chute est de 32 m de haut puis de 70 m dans un étroit canyon.





S’arrêter à  pour s’étonner des geysers, dont le Geysir qui a donné son nom à ses phénomènes, mais qui s’est endormi, mais parcontre, le "Strokkur" - vedette incontestée des lieux - éructe une colonne de vapeur bouillante, à plus de 20 m de haut, et ceci toutes les 5-10 minutes.
Strokkur

Aire des geysers

Puis descendre vers le sud est pour enchainer entre deux superbes paysages,


des cascades époustouflantes comme Skogafoss ou Seljalandsfoss.




Passer pas loin de la calotte glacière Eyjafjallajökull qui, avec une éruption spectaculaire de fumées  m’avait bloqué à l’aéroport d’Odessa en Avril 2010.

Aller se noyer le regard dans le gris d’une langue du glacier Solheimajökull.

Ne croirait-on pas s’il n’y avait pas la couleur des gens que cette photo est en noir et blanc ?

Et enfin atteindre Vik et sa célèbre plage noire.

Même des petites fleurs poussent dans ce milieu si hostile !

Et enfin atteindre Vik et sa célèbre plage noire.


à + !

vendredi 8 septembre 2017

De l’art à Reykjavik.

Avant de vous montrer quelques items notables dans les musées de la ville, il faut vous situer un peu dans l’histoire des Islandais :
Les colons sont venus en Islande depuis la Scandinavie et les îles britanniques principalement : L'Islande a été établie au cours de l'ère Viking, de 793 à environ 1050 après JC. , la culture nordique est prédominante et tout le montre : la langue, les matériaux, la culture, la recherche génétique et les structures sociales. Donc du 10ème siècle à maintenant, l’histoire du pays est courte, cela s’en ressent dans les musées.





Le Musée national Islandais est l’un de ceux qu’il faut voir car l'exposition permanente du Musée national raconte l'histoire de l'Islande, de la colonisation jusqu'à nos jours.



Il vous apprend l’histoire par les nombreux objets exposés, même si du point de vue d’un européen avec une Histoire looonnnngue comme ça,  on pourrait penser qu’une cabane avec quelques objets de la vie quotidienne,
et dont  je suis sûr de trouver pour la plupart, l’identique dans nos bonnes vieilles brocantes de France, cela fait un peu désuet comme témoignage attendu dans un tel musée. Je le concéde, j’ai passé rapidement beaucoup de mises en scènes qui m’ont intéressé que moyennement.











Voici donc le Musée national Islandais, ou j’apprends avec bonheur que les chenapans islandais sont les même qu’en France pour faire des bêtises

Et avec étonnement que les canards islandais vont au bar du musée.

Je vous passerai donc disais-je plus haut, toutes les métiers à tisser, les outils, les vétements et les listes à la Prévert de tous les objets communs de la vie quotidienne pour vous faire partager quelques pièces qui ont cependant retenu mon attention.Voici donc un exemple de système pour mesurer le temps.

Ce qu'en dit le texte apposé à coté: Diverses méthodes différentes ont été utilisées pour tenir compte des heures et des jours. Pour ceux qui n'ont pas eu accès aux tableaux chronologiques, le calendrier pouvait être calculé avec les nœuds, en appliquant certaines règles qui devaient être mémorisées. C'était un processus complexe, et les erreurs pouvaient facilement être réalisées. Ainsi, les dates historiques ne sont pas toujours entièrement fiables ...
Table chronologique avec quatre roues dentées et les mains pointant vers les jours. Des parties du mécanisme manquent, et il n'est pas clair exactement comment cela a fonctionné. Aucune autre pièce comparable n'est connue. Les roues dentées sont gravées avec des lettres pour les dimanches et les mois de l'année. Une des mains est gravée avec le mot porri (l'un des mois du Vieux Calendrier islandais) ainsi que les festivals de Pâques, d'Avent et d'autres fêtes d'église. De Fnjoskadalur, 18ème siècle.

Quelques cornes pour boire et boucles de ceintures


Corne taillée par le fermier Brynjólfur Jónsson of Skarð, sud de l'Islande, 1598 AD. Elle porte le nom de Þorleifur Ásmundsson qui l’avait commandée et qui était le beau-frère de Brynjólfur et membre du Law Concil à Hvolshreppur.
Brynjólfur Jónsson apparait comme un sculpteur qualifié qui aurait vécu en partie par son art, car d’autres exemples de son travail sont connus.
La corne est sculptée avec des scènes des Ancien et Nouveau Testaments. Au sommet, il y a le mariage à Cana où le Christ change l'eau en vin. Judith est vue en train de tuer le commandant assyrien Holofernes, et plus bas, Joab tue Absalom, fils de King David. Absalom accroche ses cheveux d'un chêne, tandis que son mulet s'enfuit. A la pointe de la corne, l'homme est dans les mâchoires d'un dragon. 

En général, les noms et les œuvres des gens du 17ème et 18ème siècle ont été oubliés. Brynjólfur Jónsson est considéré comme le premier artiste islandais à devenir nationalement connu pour ses œuvres. Ses œuvres et celles de ses contemporains montrent une tension entre le conservatisme et l'afflux de tendances étrangères. Trois autres cornes de boisson de Brynjólfur sont connues, toutes dans des collections à l'étranger. Ses œuvres les plus connues sont les panneaux de baleines de l'église Skarð, que j’ai manquée d’ailleurs.
Je finirai par ces deux belles pièces:

De retour vers le centre, je croise un curieux personnage : Óþekkti embættismaðurinn (l’employé de bureau inconnu)
« Plusieurs pays ont des monuments au soldat inconnu, mais seulement l'Islande a une sculpture qui fait honneur - et légèrement satirique - au travail ingrat et anonyme du bureaucrate. Magnús Tómasson dépeint un homme, mallette à la main, dont la tête et les épaules ont englobées dans un morceau de roche brute. »








En allant vers le port, on passe dans la plus ancienne rue et devant la plus ancienne maison de Reykjavik.




Histoire de la maison jusqu'au 20ème siècle :
Structure de 8 logements,  construite par le gouvernement danois en 1762 pour magasin de vêtements et « décor » ( ? je n’ai pas tout compris) . Il y avait l'appartement du directeur adjoint, et la maison s'appelait "Kontor-og Magazinhus". [3]
Lorsque les accessoires ont été vendus vers les années 1800, le marchand Westy Petreus a acheté la maison. En 1807, l'évêque d'Islande l'a reçue comme résidence, connue sous le nom de Bishopsstofan. Évêque et sa femme vivaient dans la maison jusqu'en 1849. Jens Sigurðsson plus tard, Recteur de l'École des Lords, vivait dans la maison 1855-1868 et avec lui, son frère, Jon Sigurðsson, aurait vécu lorsqu'il est venu au parlement de Copenhague. Après Jens a vécu à la maison un médecin, commerçant Matthías Johannessen et plus encore...






Passons par le Musée du patrimoine culturel de l'Islande (Þjóðmenningarhúsið : ne me demandez surtout pas comment ça se prononce…)

Þjóðmenningarhúsi s’appelait d’abord Safnahúsið construit en 1906-08 par l'architecte danoise Johannes Magdahl Nielsen, pour abriter la Bibliothèque et les Archives nationales. La façade est décorée de crêtes portant les noms des figures littéraires.
 [Très très beau bâtiment !! Dommage que j’ai raté ma photo mais j’en ai trouvé une sublime là :
https://www.flickr.com/photos/heidahb/8087893099/
Merci Heida !]

Il était prévu à l'origine d’utiliser de la dolerite, comme la maison du parlement, et du cuivre pour le toit, mais cela a été jugé trop coûteux, de sorte que le bâtiment était plutôt construit en béton avec un toit en fer. C'était à l'époque l'un des plus grands et plus beaux bâtiments du pays.

Le bâtiment a été rebaptisé Þjóðmenningarhúsi, Maison de la culture, et a accueilli une variété d'expositions. Une exposition de la Bibliothèque nationale et universitaire a ouvert en 2000, une exposition de manuscrits de l'Institut Árni Magnússon pour les études islandaises ouverte en 2002.
Au printemps 2012, l'ancienne salle de lecture a servi de salle de justice pour le procès de l'ancien Premier ministre Geir Haarde par le Landsdómur pour faute professionnelle pendant son mandat.

L’intérêt du musée sont les anciens écrits car ils sont bien conservés et relatent la vie Islandaise depuis très longtemps


comme celui-ci « Le livre de Heynes »  ses dates de début et fin sont assez surprenantes (à moins que je n‘ai pas tout compris et que ce soit, en l'absence formelle de date inscrite, la fourchette de datation probable ? )











Voici quelques autres œuvres plus contemporaines qui m’ont interpelé





Fateful moment, le moment fatidique me renvoie carrément au Cri d’Edvard Munch, nous sommes dans la même joie et al bonne humeur ! vous ne trouvez pas ?



Continuons vers le port



Nous arrivons au Musée Maritime.



Le musée, installé dans une conserverie au plus près des quais, raconte l'histoire maritime de l'Islande. l'évolution du matériel de pêche, des embarcations et des techniques de conservation, 


 La part belle est faite aux moments difficiles, la guerre de la morue avec d’autres pays comme la grande bretagne. On peut d’ailleurs monter à bord de l'Ódinn, un croiseur qui participa à la guerre dans les années 1960-1970.

Voilà ce que j’ai retenu principalement de ce que je voulais vous faire partager sur l’art à Reykjavik, oh bien sûr, ce n’est qu’une toute petite partie ! il  y a aussi la galerie nationale dont voici la façade




 et bien d’autres encore ! mais il faudrait y passer du temps beaucoup de temps !  Alors quand on est juste de passage… 

Il faut gouter à tout ! 

A + !