vendredi 12 septembre 2014

Gianni Monti au MAMCO, Genève.

Gianni Monti  au MAMCO, Genève.

L’artiste.

Le MAMCO en dit ceci :

« GM ne fabrique pas d’objets. Ses œuvres, presque toujours invendables, ont une durée de vie qui excède rarement la rumeur qui l’accompagne. Difficilement transportables dans l’intérieur du collectionneur, elles ne sont pas non plus des objets de jouissance. Elles se passent de la légitimation de la galerie, préférant emprunter les canaux de l’information médiatique, sous forme de scoops ou de dépêches d’agence. »

L’artiste s’est approprié par le passé des catastrophes :
en 1986, il revendique aux agences de presse l’explosion de la navette Challenger,
en 92, c’est le tremblement de terre dans le désert Californien.


Dans la même veine donc, voici  « Big Crunch Clock » 1999. Une horloge digitale comportant vingt chiffres, des milliards d’années jusqu’aux dixièmes de secondes, compte à rebours les cinq milliards d’années qui séparent le soleil de son explosion. On peut donc voir cette horloge comme un détonateur, que Gianni Monti aurait déclenché s’appropriant ainsi la responsabilité de la disparition du système solaire.

Horloge, qui, comme il ne devait pas en être autrement, fonctionne à l’énergie solaire ;)

N'y verrait-on pas comme une transposition moderne de l'allégorie du temps qui passe, vous savez, ce tableau vieillot du sablier et du crâne, avec en prime un fruit qui pourrit: ici, c'est un compteur qui défile devant toi : que fais-tu donc du temps qui passe, que fait-tu de ta vie qui file ...
A qui ça intéresse: Conversation

à + !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire