jeudi 17 janvier 2013

Un coup de pouce Aristotélicien.


Tandis que Marseille s'ouvre Capitale Culturelle 2013, moi je retourne à Thessalonique, pour quelques jours, hélas, pas même le temps pour le tourisme. Juste une petite marche.

Se faisant, je croise Aristote qui, comme d'habitude, joue avec les enfants. Le saluant, je lui confie mon

souci et lui demande "quand Qu'en penses-tu ?" (oui, on se tutoie depuis le temps qu'on se croise là sur cette place)

Il me dit "Philfff, vois-tu :
'Toute chose nécessaire est par nature ennuyeuse.'

Ok, mais parfois Ari (oui, on est assez intime pour les diminutifs) j'ai des doutes.

alors il me répond :
'Le doute est le commencement de la sagesse' touche mon gros orteil, cela te portera chance comme à tous ces touristes .


 
 Il faut savoir qu'en effet, comme pour de nombreuses sculptures, une partie est considérée comme porte-bonheur, faisant luire le bronze à  cet endroit. Pour mon ami philosophe c'est le gros orteil.

Effleurant donc cette extrémité, je me doutais bien que ce n'est pas ça qui aller arranger mon cas, et qu'il serait plus sage d'aller se restaurer.


Alors ? me demande-t-il, vraisemblablement tu sembles satisfait !


Je lui dis donc mon intention d'aller déjeuner et j'ajoute:

 ' Il faut préférer ce qui est impossible mais vraisemblable à ce qui est possible, mais incroyable'


Ah ah ah ! répond-il je la ressortirai celle-ci !



Le restaurant où je vais m'asseoir n'est pas trés loin, la dernière fois je n'avais pas eu l'occasion d'en profiter, cette fois:  "Δια Ταυτα"  ( Dia Tauta : Pour Conclure,  m'a-t-on traduit).
Mais il sera l'objet d'un autre billet.

4 commentaires:

  1. Bin je l'avais raté ce billet! Chouette histoire - et chouette statue!
    C'est touchant ce pied dont l'orteil "rebique" comme ça!
    Il y en a une célèbre à Bruxelles, au coin d'une des rues qui donne sur la grand-place (juste à gauche de l'hôtel communal) la voici http://bruxelles.plusproche.com/603-statue-deverardt-serclaes (shame on me, je ne savais même pas qui c'était!)
    (et je suis en train de me dire qu'heureusement que notre manneken-piss est protégé par une grille, pq vous imaginez quelle partie de son corps aurait "porté chance"? ;)))

    Ps: Philfff, il me semble que vous avez confondu "quand"et "qu'en" dans votre phrase! (Quand = à quel moment, et qu'en = que pense-tu de cela!) Quant à la réponse d'Aristote, je ne suis pas d'accord du tout, c'est une question de point de vue! (ex: manger est nécessaire, non? C'est triste si c'est ennuyeux! Et j'ai d'autres exemples mais, heuuu, bon! ;))

    RépondreSupprimer
  2. Mon Dieu ! la grosse faute ! Mais pas d’inquiétude : c’est tout à fait moi… je rectifie illico ! En tout cas, merci de me corriger !
    Pour ce qui est de manger, le verbe est trop vague, s’il s’agit d’apporter des éléments nutritifs à notre organisme, ça n’a rien d’emballant, par contre se taper une belle sole meunière… c’est d’abord faire chavirer ses papilles ! Mais je serais curieux d'assister au débat Mélusine / Aristote sur le sujet...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas très grec la sole meunière Philfff! Mais je vois que vous m'avez bien cernée! ;))
      Bon, du coup, je suis allée jeter un oeil sur la page d'Ari sur wiki (enfin, juste sa biographie pour le moment, pq y'a de la matière, là!) (ha, oui, pas d'année de "philo" pour moi durant mes études; j'ai eu un parcours un peu particulier...)
      Ari donc disais-je... M'a l'air assez sympa! Oui, ça aurait pu coller entre nous je pense, autour d'un bon verre de retsina - et les mezze qui vont avec, bien sûr! - on aurait probablement eu des choses à échanger >_<
      (heu, sauf qu'il me semble que les femmes n'étaient pas vraiment considérées cô des êtres humains à l'époque là-bas! ;))

      mais, pfoulala, je suis épatée de voir comme ces gens bougeaient, voyageaient et faisaient des tas de choses - comme écrire je ne sais combien de livres, voir là par exemple http://fr.wikipedia.org/wiki/Catalogue_des_œuvres_d%27Aristote_selon_Diogène_Laërce, ouvrir des écoles et donner cours ect... Sans moteurs, sans électricité et tt le bazar ... C'est dingue! Mais je me demande si, à "niveau social" équivalent, c'était pas plus facile à l'époque... (essayer d'ouvrir une école - ou n'importe quoi de "culturel" d'ailleurs - maintenant, et d'en vivre... Je vous raconte pas la galère!)

      Supprimer
    2. Ps: le doute est peut-être le commencement de la sagesse, mais à trop douter on ne fais plus rien! (et je sais de quoi je parle ;))
      >_<

      Supprimer