jeudi 27 février 2014

Les pieds - presque dans l'eau - à St-Joachim.

Les pieds - presque dans l'eau - à St-Joachim.

Je l’avais promis à Mr Robert : je suis arrivé la semaine dernière avec mon rayon de soleil sous le bras sur la côte atlantique (je peux faire le càcou maintenant que cela est arrivé…) et, pauvre ! le pays en a grand besoin !



La situation à St-Joachim,île de Fédrun , est limite, les eaux de la Brière se sont copieusement étalées, grignotant les jardins, léchant le bord des routes quand elles ne passent pas carrément par-dessus, en interdisant ainsi l’accès.





(Vous savez que vous  pouvez cliquer sur les photos pour mieux voir )  

Cette route d’ailleurs, où j’avais pu admirer il y a quelques années de magnifiques oiseaux est inondée,



Quel dommage ! moi qui pensais shooter quelques échasses , aigrettes et avec un peu de chance, des oies rieuses, et bien quelques canards tels que le souchet si coloré... 

Seuls un couple de colverts et son petit, ont bien voulu m'accueillir !
(mais aussi pas mal de ragondins à la recherche d'herbe verte...)



Bagages posés à La Mare Aux Oiseaux : Excellent hôtel, chambre très cosy où il manque peut-être un petit bureau pour bosser : la petite table « antique » vernissée noire est déjà prise par le pain d'épices au miel, le percolateur et la boite à thés (et je me plains…)








   
Et très excellente cuisine !! (Resto étoilé au Michelin) 
Et puis la déco ! sur le thème des oiseaux bien sûr superbe !
Je ne le recommanderais jamais assez,




















Je fais un petit tour du village : capter la lumière du soleil - dont je sais qu’il va vite disparaître - avec mon Canon 50D.





Les chaumières Briéronnes sont bien entretenues,






le soleil rehausse la clarté des murs  qui tranchent ainsi avec le chaume de leurs toits . Les jardins sont joliment entourés de barrières de bois croisés ont moins de charme en cette saison (pourrie cette année a-t-on besoin de me me répèter, ici, mais c'est vrai ça fait du bien de râler ! foutu temps ! )  

Malgré la nature environnante qui m’appelle et m’invite à mettre en pratique les leçons Photos de Brigitte, je renonce: ce sera pour un autre jour, le travail m’appelle… 


A +

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire