mardi 15 octobre 2013

Rotterdam sur Maas

!! Rotterdam mérite des !! mais pas le ! minuscule que l'on utilise courament, non: le ! majuscule celui que vous chercher sur le clavier mais dont la touche n'existe pas; 
Celui-là:    !
La ville abrite l'Institut Néerlandais de l'Architecture et donc, vous parler de cela serait d'un banal...
Ce serait comme parler de porcelaine à Limoges, de nougat à Montélimar ou bien de montres en Suisse ou bien encore de réglements de compte à Marseille...commun en somme.
Mais bon.
Lorsque vous arrivez, la premiére chose qui vous fait lever les yeux et s'exclamer à grands coups de !
et de !! c'est bien l'architecture. Alors voilà - sans en parler - quelques vues du quartier de Lijnbaan (lijnbaankwartier):



Rien que cet immeuble aux étages décalés et ces maisons cubes où maisons-arbres de Piet Blom, il y a de quoi pousser des grands !!
majuscules non ?








Et voici le premier "gratte-ciel" d'europe, la première tour d'habitations contruite en 1989, appelée la maison blanche (Het Witte Huis)



Entre 2 constructions récentes, la cathédrale Saint Laurent n'a plus l'allure dominante qu'elle pût montrer par sa taille il y a longtemps: engloutie, coincée par une innovation urbaine constante, "contraste marquant" indiquent les brochures mais pour moi, elle fait figure d'un édifice aligné parmi tant d'autre, comme un échantillon d'une collection, témoin d'une époque lointaine.


Terminée en 1525, la cathédrale fut trés endommagée  par les bombardements de la dernière guerre. L'édifice est désormais un batiment multifonctionnel pour des expos, concerts, conférences, etc. l'ouverture de ce lieu ne semble pas pérenne car une association se bat pour résister à la crise qui éloigne les réservations de ce superbe espace (Association des Amis de la Grande Eglise Saint-Laurent )
L'extérieur est sobre, comme peut l'être le gothique Brabançon, absence d'ornements, tout comme l'intérieur qui est, lui quasi vide, sentiment d'un hangar désaffecté aux yeux des habitués: pas de longues rangées de bancs vernis, aucunes statues, à peine un confessionnal.

ça et là, quelques "restes" soigneusement accrochés. L'immense espace promet aux orgues massifs une résonance divine...



Pas loin de ce quartier, coule la Meuse - la Maas - dont l'autre rive offre d'autres invitations qui resteront sans réponse faute de temps - comme toujours -

Allant vers le Pont Willemsbrug, une enfilade bizarre d'objets métalliques m'interpelle:


Un parallélépipède d'acier avec une 'queue en tire-bouchon, est arrimé en équilibre au bord d'un vieux pilier (de l'ancienne voie ferrée) créant ainsi une tension sur un câble, lequel connecté à une tringle métallique géante elle-même adossée au même pilier sur une barre de fer.



L'autre extrémité de cette tringle retient un énorme anneau qui lui est  rattaché à une barre de fer ronde puis se suivent d'autres objets métalliques:
torsade,
sphére,
plaque
barre de section carrée
et
re-barres de fer... le tout accroché au pont rouge Willemsbrug


Ce montage à la Dubout (mais horizontal) mesure 182 métres, on m'a dit que lorsque la Meuse est haute certains éléments sont dans l'eau, pésent donc moins et la sculture donc tirée du coté du pilier, se reléve, jouant ainsi avec les forces de la nature. Je cite: "Interaction entre le fleuve, le pont et le pilier".

Cette sculture de tendance "cubisme analytique" (non, non, ne me demandez pas exactement ce que ça signifie, je fais juste du copié-collé), est l'oeuvre de Auke de Vries. 1982-94. Moi j'aime bien.
à +

2 commentaires:

  1. !!! pas de doute, un paradis pour le photographe ! et un vrai plaisir pour le visiter. Décidément Philfff tu nous promènes beaucoup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi de venir participer à la promenade ! Rotterdam est grande, il est impossible de la visiter dans la journée: chaque quartier vaut le détour alors j'espére bien y retourner pour découvrir le reste !

      Supprimer