lundi 12 décembre 2016

Mon ventre vous parle, lusophone, de Bacalhau.

Oui mon ventre parle portugais de temps en temps ! il fut bien content de deux endroits à Sines : un chic et un cheap.

                                                                                                                                             Le resto un peu chic est celui qui s'est installé dans un des entrepôts de la gare désaffectée. Son nom est "Cais da Estaçao", que l'on peut traduire comme le quai de la station ou bien la station du quai, je ne sais pas trop...    
                                                                                  Superbement restauré, l'entrepôt est un grand espace décoré avec beaucoup de goût.




Tout le charme est dans les détails des statues, petits meubles, etc. l'ensemble donne une ambiance chaleureuse.
Une large vitrine expose coquillages et poissons















Et pas trés loin un superbe aquarium nous vante ses langoutes !


Mais mon choix s'est porté sur le Bacalhau, appelé ici "Açorda de Bacalhau" élégamment servi sur un lit de pain de campagne imbibé d'une sauce aillée. Trés bon ! mais peu de morue...



En dessert, mon ventre n'a pas résisté au Farofias, spécialité genre "île flottante" mais avec du citron et de la cannelle !

Succulent !














§§§§§§§§§§§§

Le resto tout simple est situé dans le centre historique s'appelle l'Adega de Sines. 





















Trés simple, dés que vous rentrez, le patron au bar (ou devant son grill car il s'occupe de griller des morceaux de poulets aussi)




Le patron disais-je appelle : une cuisiniére arrive, vous prend par la main et vous emméne en cuisine !

On souléve les couvercles des marmites qui laissent entrevoir, ici une soupe, là des légumes , là encore du Bacalhau, ou bien aujourd'hui il y a des coquillages. J'ai choisi le Bacalhau pour voir.










Il est servi vite fait bien chaud avec des frites, du pain et une carafe de vin. Ici pas d'entourloupe avec les ramequins de beurre, olives, etc. que l'on vous facture à la fin.

Pas de finesse dans ce plat mais c'est le traditionnel, avec olives, oeuf dur émietté et peu de sauce: c'est du bon du solide qui vous tient au corps ;)









Deux façon d'accomoder le Bacalhau donc, avec la première une recherche du goût, citron, ail, beurre, une tentative de raffinement de la morue mais peu de morceaux de poissons par rapport à la quantité de pain trempé de sauce qui rempli le bol! c'est le pain qui vous cale l'estomac mais c'est le farofias qui vous fera revenir!

La seconde plus rustique mais plus authentique ne vous laissera pas le palais en extase mais le ventre y a son compte ! Et la simplicité du lieu et des gens est trés appréciable.

A+ !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire