vendredi 11 décembre 2015

Surtension en Soutenance


L’atmosphère est chargée sans être pesante,

il y a un je ne sais quoi dans l’air,
quelque chose, une particulière tension.

Est-ce la clarté des jours de Décembre ?
Et ce soleil tapi, diffusant une lumière uniforme et retenue comme pour ne pas détourner l’attention des auditeurs.

Est-ce le silence ?
Cette absence de bruit ponctuant d’un blanc chaque pause du discours. Intonations résonnantes jusqu’au bout de l’amphi, d’une faconde raisonnée.
Oui tout cela.
La tension est palpable.
L’attention aussi : le public est figé.
La technicité des échanges n’a d’égale pour la plupart que notre perplexité. nous n’avons à peine compris la question longuement développée, que la réponse fuse, l’argumentaire se répand jusqu’à nous, profanes incrédules. Alors, laissant le fond aux initiés, nous nous focalisons sur la forme.
 
L’air est électrique, comme la matière grise rassemblée ici, et j'imagine les neurones bruissant aux vibrations exacerbées des synapses sous les toges immobiles. Une question me taraude : ces rouges vétus, seront-ils à la hauteur ?
Qu’importe.
Quel bonheur, quel fierté de voir briller mon diamant, mon parangon J dans cet écrin prestigieux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire