mardi 25 août 2015

Nora, où ce qu'il en reste.

Retour en Sardaigne du Sud, parce que les problèmes ici sont loin d’être résolus, nous allons revenir fréquement à Cagliari, je le pressens… Bref, ça ne vous intéresse pas des masses je suppose…
Sortie de meeting : les uns rentrent chez eux,
les autres comme moi vont se restaurer :
ma dove, i miei amici ?
On m’indique une petite ville pas loin qui m’évitera de retourner sur une Cagliari embouteillée à cette heure : Pula.
Pula est effectivement charmante, moins en ces temps infestés de touristes et ses restaurants pas à la hauteur de ce que l’on paie… mais bon, je fais vite, c’est bon quand même.


Oui je fais vite car j’ai vu qu’il y avait un site archéologique pas loin : la cité punique de Nora.
Ou du moins ce qu'il en reste.



Wiki France : Nora est une ancienne cité pré-romaine et romaine située sur la péninsule de Capo di Pula. J’ajouterais que sa situation est stratégique car étant sur une péninsule, elle a à sa disposition deux baies de chaque coté donc deux ports : par mauvais temps ça aide : Mistral venant du nord ? on accoste au sud, Sirocco coté Sud ? on fait l’inverse, bref, très safe et très pratique.

Au cas où, à propos de Wiki, je vous conseille plutôt le Wiki Italien, Dettagliato meglio : ICI

La particularité de Nora, c'est qu'on l'a dit la plus ancienne cité fondée sur les terres Sardes par les Phéniciens IX - VIII ème siécles avant que Jésus crie. (Mouais pas terrible mais bon, ça m'est venu tout seul).

Et Pourquoi , Et pourquoi on dit la première ? eh bien parce qu'on a pu la dater !
On a retrouvé dans les environs "LA STELE DE NORA" oui oui.

La stèle de Nora c'est ça:

La 
stèle est en grès, c’est une stèle phénicienne réputée être le plus ancien document écrit de l'histoire occidentale, datée de la fin du ixe ou du début du viiie siècle av. J.-C.. Elle témoigne de la diffusion de l'alphabet phénicien dans le bassin occidental de la Méditerranée...


(un lien pour la stèle ICI)

Et si le cœur vous en dit, lisez la revue Persée qui dévoile les études faites sur la stèle :Là


Une guide nous fait la visite et heureusement ! dans ce tas de 
Quartier populaire de la ville (le plus ancien)

cailloux, je n'y comprend pas grand chose ayant eu en classe d'histoire toujours un VanVogt à lire...

Je vous ai mis donc des sous-titres aux photos pour qui pourrait/voudrait y reconnaître quelque chose.
Quartier des commerçants.
Temple de Tanit
Ruines d'une petite placette (la guide parle d'un petit forum, mais j'ai des doutes: trop petit!) avec fontaine au centre et derrière des bains publics pour les moins riches nous dit-elle car il existe, au fond, vers les belles villas romaines des thermes plus luxueux.

Voie romaine 
tout-à-l'égout souterrain
Zone d'habitation plus récente


Plus loin, nous approchons des habitations des plus fortunés: Les thermes dont ici nous ne voyons qu'une partie du dôme effondré, étaient superbes.



 D'aprés notre guide, tout y est :












Puis nous arrivons à une belle domus, où ce qu'il en reste bien sûr: l' Atrium avec ses belles colonnes.
Atrium : on distingue bien la récupération des eaux de pluies dans la citerne au centre.
Mosaïques dans les piéces de la villa
Mosaïques dans les piéces de la villa
Mosaïques dans les piéces de la villa
Au retour nous passons par le théatre.
 
Exterieur du théatre.


Et puis nous finissons par le Forum ou du moins l'endroit du Forum. (Ah ! ça c'est un forum !)


Derrière celui-ci, il y a cette tour que l'on pourrait appeler tour génoise, sauf que ce sont les espagnols qui l'ont construite... mais ça c'est une autre Histoire !

Elle est visitable nous dit la guide ! eh bien allons-y donc.




Pas grand intérêt à la visiter, à part d'être essouflé et transpirant, si ce n'est que de vous montrer Nora du haut (non, ne me remerciez pas, je vous en prie, tant qu'à faire...)


Sur cette photo prise de la tour, on distingue bien les ruines de Nora sur la péninsule et de chaque coté les deux baies.

Et puis c'est vrai le panorama est splendide !

A + !

5 commentaires:

  1. Belle visite les sites puniques sont rares celui là à l air bien conservé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'accueille avec grand intérêt votre commentaire sur la conservation de ce site punique; loin d'être un connaisseur, j'ai tendance fâcheusement à les considérer comme on les regarde au premier abord: des tas de pierres ! mais c'est vrai que vu l'âge canonique ces sites ont dû en voir des périodes de destruction et donc c'est une chance qu'il en reste autant de traces lisibles ! Merci d'être passée Miriam !

      Supprimer
  2. un clin d’œil littéraire ; Plus haut que la mer de Melandri se passe en Sardaigne (dans une prison de haute sécurité)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Miriam ! un de plus sur ma (haute) pile, j'ai attaqué Samarcande dont vous parliez il y a quelques temps dèjà (!) ce matin dans le métro...

      Supprimer