vendredi 20 février 2015

La Procrastination Positive. Je sors mon agenda.

Dans l’avion qui m’emmène de Marseille à Athènes (via Munich, pourquoi faire simple…) j’ai du temps. Je sors mon agenda. 
Tout comme vous, je le sais, j’ai pris la bonne résolution le mois passé, au moment où j’ai reçu le nouvel agenda de la Boite, de noter les rendez-vous ( je le faisais déjà dans mon Iphone, mais bon) et  surtout de reporter ce que j’ai à faire pour combattre la procrastination ;)) délaissant ainsi le bloc de papier « TO DO » de mon bureau dont le titre ne m’encourageait guère. Car le lisant à chaque fois en français i.e.  « tout doux », s’insinuait alors la pensée « c’est vrai, n’allons pas trop vite », me résignant finalement à  le replacer dans le tiroir sans rien n’y avoir écrit.

Je sors, disais-je, mon agenda. A bas la procrastination !
Je vais lister les tâches du jour, de la semaine, et même des mois à venir.

 L’hôtesse Lufthanzienne dont les yeux bleus et le corps qui va avec, déradicaliseraient en un seul regard, un djihadiste égaré dans ce vol Munich- Athènes par manque de moyen pour un Munich- Gaziantep, cette charmante hôtesse donc, me fait remarquer le hublot : un paysage magnifique de montagnes enneigées sont à nos pieds. Je partage : joli non ?
La procrastination ! Cette manie de remettre toujours à demain/plus tard ce que l’on n’a pas envie de faire aujourd’hui, ce qui me parait bien profitable pourtant. 
Exemple : Combien de nuits où soudain éveillé, j’entends les cavalcades furtives des rongeurs venus pour l’hiver se réchauffer dans les combles et qui s’en donnent à cœur-joie à gratter et courir au-dessus de ma tête? Et à ce moment précis, si je ne me disais pas : « demain, dès que j’ai un moment, je remonte là-haut semer quelques souricides appâts ! » est-ce que je ne m’endormirais aussi vite ? Satisfait au fond de mon lit douillet de ma décision ; Bienveillante procrastination qui apaise ma conscience et me permet une rapide plongée dans un bon sommeil… 
La Procrastination Positive selon Philfff.
Mais bon le problème des souris n’est toujours pas réglé ! Donc, je sors mon agenda. A bas la procrastination.

D’ailleurs, ce problème me tient à cœur depuis un moment : j’ai gardé un article (*) de l'International Herald Tribune sur ce sujet , en gros, Mr John Tierney dit ceci :

Des chercheurs ont indépendamment identifié le phénomène de la Procrastination Positive :
Préférant parler de « Procrastination Structurée »,  se détestant lui-même pour sa procrastination, il réalise qu’il n’est pas si paresseux que ça, et rebutant à classer des docs, il ne reste pas pour autant assis les bras croisés. Il réalise que c’est en fait une question de méthode : En haut de votre liste « To Do » (à faire), mettre quelques difficiles, voire impossibles, tâches qui sont vaguement importantes (mais pas vraiment) et semblent avoir des délais (mais vraiment pas), puis, plus bas sur la liste , inclure des tâches réalisables qui importent vraiment.
« Faire ces dernières, devient une façon de ne pas faire les choses plus haut sur la liste » dit Perry, " avec ce genre de structure de tâche appropriée, le Procrastinateur devient un citoyen utile.  En effet, il peut même se targuer de terminer beaucoup de choses.

« le secret de mon énergie et une incroyable efficacité à obtenir le travail effectué est simple. Le principe psychologique est le suivant: n’ importe qui peut faire n’ importe quelle quantité de travail, à condition que ce n’est pas le travail qu'il est censé faire à ce moment-là. » Personnellement, je doute un peu de la maturité du principe : reste à définir quel moment correspond telle tâche, mais l’article ne développe pas assez.

Un stewart, dont les mensurations d’athléte convertirait  définitivement à l’athéisme le même djihadiste fauché, m’apporte le plateau-ptit-dèj. Contrairement à Air France, qui a révisé les bases de la cuisine Française en volant bas dans la qualité, la compagnie Allemande, elle, s’est maintenue à la même altitude, mais c’est vrai que sa qualité gastronomique n’a jamais voler très haut… voyez plutôt. J'ai la chance d'être cette fois-ci en classe affaires. Mon taux de cholestérol m'interdit beaucoup, je négocie avec ma conscience pour avaler la charcuterie. Ah, Je regrette hier et  la petite salade d'endives avec un filet d'huile d'olive...

Ou en étais-je ? oui, l'article de Mr Tierney. Il y a aussi Piers Steel: 
« Pour la plupart d'entre nous, la procrastination peut être battue, mais pas entièrement , mon meilleur truc est de jouer mes projets les uns contre les autres, temporisant sur l'un en travaillant sur l'autre. Nous sommes prêts à poursuivre une tâche vile tant qu'elle nous permet d'éviter de faire quelque chose de pire » Il donne crédit théorique (je cite l’article, notez bien), à Francis Bacon dont la stratégie de la maîtrise de soi était de «mettre l'affection contre affection» et de maîtriser l’une par l'autre alors même que nous utilisons pour la chasse la bête contre la bête.  
Hummff, pas convaincu.

Et tandis que Robert Benchley  construit une bibliothèque (il aura publié plus de 600 essais), Chandler frappe de nombreux experts comme un meilleur modèle.
Plus proche de la stratégie Perry. Il décrit la méthode de Baumeister: le « Nothing Alternative »
Chandler se força à écrire des histoires de détective en restant assis dans une pièce pendant quatre heures tous les jours et selon deux règles:
- Vous n’avez pas à écrire             .
- Vous ne pouvez pas faire autre chose.
« l'Alternative Rien »:  Suivre les deux règles est impossible, faire autre chose signifie sortir de la pièce et la stratégie s'arrête là:  échec, alors il finissait par transgresser La Règle 1: il écrivait .

La Luftanzienne est revenue.
Duty free ? me lance-t-elle – No thanks .
Duty free ? en feuilletant le catalogue, je suis tombé là-dessus : un crayon avec une gomme au bout (si, si) et son taille-crayon +
une autre gomme plate dans un etui plaqué-platine 
pour la rondelette 
somme de : regardez la photo, oui, oui. 
Vous avez bien vu. 
Duty free de quoi ?
Je sors, disais-je, mon agenda. A bas la procrastination ! 
Nous n’avons pas de renseignements sur l’efficacité de la Procrastination Positive et beaucoup de chercheurs ont des doutes :  même quand vous travaillez, disent-ils, vous gaspillez encore de l'énergie car vous vous inquiétez, consciemment ou inconsciemment, à propos de la tâche que vous évitez.
Revenons à la stratégie de Perry.
Perry dit "la procrastination structurée nécessite une certaine quantité d’auto-tromperie, parce qu'on perpétue  en permanence un effet  de pyramide sur soi-même" effectivement, en suivant sa liste, les taches du haut ne sont jamais faites, et plus vous descendait, nombreuses sont les taches effectuées. « La Procrastination Productive est un maquillage. Vous avez avancé votre montre de cinq minutes, vous savez que vous l'avez fait, mais vous prétendez que non. »

John Tierney conclut ainsi : "A tout le moins, vous pouvez l'utiliser (La Procrastination Positive**) pour cesser de se sentir tellement coupable d'un problème que tout le monde partage. C’est certainement une stratégie plus saine que le bromure de ne jamais remettre à demain ce que vous pouvez faire aujourd'hui.  Par cette logique, vous ne cesseriez jamais de travailler - il y a toujours quelque chose qui pourrait être fait demain - mieux vaut suivre la version réécrite de M. Perry: ne jamais faire aujourd'hui une tâche qui peut disparaître demain"

On annonce la fin du vol. Descente de l’appareil-remontez le dossier de votre siège-rangez vos tablettes-etc. 


Sur la page de mon agenda, au jour d’aujourd’hui, il me faut absolument écrire quelque chose, progresser dans ma Procrastination Positive. Je note entre treize et quatorze heure: Levé 4h00: sieste.

* J'ai retrouvé sur le net l'article cliquez Là
**Note de Philfff, pour ceux qui suivent à moitié.


A + !

6 commentaires:

  1. Reçois-je directement vos commentaires sur mon blog en provenance d'une cabine d'aéronef survolant les Alpes bavaroise? Rassurez-moi, ou vos questions sur la procrastination sont vaines...
    C'est amusant, le sujet de votre billet me ramène, bien des années en arrière, à une époque où je commentais régulièrement les posts de Proc, un copain virtuel qui avait intitulé son blog, abandonné depuis des années aux herbes folles: Procrastin .
    J'ai été longtemps à manger un "r" dans ce mot (évitons de le prononcer la bouche au risque de moucher sa voisine) issu du verbe latin "procrastinare" (effectivement, remettre à demain).

    Vous pouvez suivre le lien précédent concocté à l'ancienne avec des balises HTML pour que les indolents n'aient qu'à cliquer pour s'y rendre. Je n'ai pas vérifié si Blogger les intégrait désormais directement dans les commentaires. Je me suis peut-être fatigué pour rien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah ! J’ai écrit le texte de ce billet dans l’avion le 18, j’ai remis au lendemain de le torturer sur Word (le 19) et l'est achevé le 20… j'ai à peine procrastiné sur ce coup-là ! merci d'être passé, Pierre.
      Je suis allé chez Procrastin, (le lien fonctionne) mais je n'ai pas vu de rapport entre le nom et le contenu, il nous le dira surement...demain !

      Supprimer
    2. Ah oui, faut fouiller dans les archives pour retrouver quelques billets du genre:

      ICI

      J'avais remis la précision à tantôt, hé, hé... J'ai glissé dans ma réponse à ton com Ginkgo l'explication du mystère des liens insérés dans un commentaire.

      Un classique

      Supprimer
    3. J'ai lu, sans remettre au lendemain, avec grand intérêt l'article, merci :) la solution à la procrastination professionnelle doit être efficace (sinon je pense que le job n’est pas gardé longtemps…)
      Merci également pour l'explication, une partie du mystère est dévoilée hu hu, mais ce n'était pas l'écriture htlm qui me pose problème, c'est comment peut-on écrire en htlm dans un comment ?

      Supprimer
    4. On va y arriver !
      DIRECTEMENT DANS LE COMMENTAIRE l'intitulé de ton lien balisé comme celui qui suit et t'envoie directement sur mon image explicative.

      Lien direct vers mon image

      Autre exemple: la phrase qui va suivre sera en gras car j'ai tapé directement dans le com <"b"> juste avant et <"/b"> juste après, sans guillemets, sinon tu ne verrais rien concernant les balises entrées.
      LA PHRASE EST EN GRAS

      Supprimer
  2. Comme mon dernier commentaire est bien passé, et se trouve correctement édité: je te signale qu'il est inutile de cliquer sur "LA PHRASE EST EN GRAS" ! Là, ce n'est pas un lien !

    Tu devrais aller dans l'éditeur de ton blog et dans "Modèle", "Personnaliser", "Avancé" choisir une couleur de lien autre que le noir pour que le lecteur différencie bien ceux-ci du reste du texte. Bon, ça c'est un détail signalé par un obsessionnel qui se mêle de ce qui ne le regarde pas, et que tu gères à ta guise...

    Fin de mes commentaires techniques qui ont de quoi de barber tes lecteurs et autres visiteurs !

    Bonne journée à toi, et j'espère lire dans un de tes coms une phrase en gras ou un lien actif pour me rassurer quant à l'amélioration de mes capacités didactiques.

    RépondreSupprimer