mardi 13 novembre 2012

Entre la Mer d' Azov et la Mer Noire. La péninsule de Taman.

Passée la ville d'Anapa, au bout de la péninsule, entre la Mer d'Azov et la Mer Noire, laissant derriére nous les vignes du Champagne Russe réputé, la végétation s'appauvrit; nous arrivons à Taman. Petite ville balnéaire où l'URSS, hier, envoyait ses enfants dans des colonies de vacances, et maintenant envahie l'été par les familles entières, amatrices de plages.
Mais hélas, en ces mois d'automne, tout est fermé, désert; à cette époque rien de beau, rien de bien emballant à voir ou à faire.



Une chose cependant remarquable: le passage du poète Lermontov dont on a érigé une statue, il n'y est resté qu'une journée, me dit-on sans me préciser - car cela va de soi pour le commun des citoyens russes- que son roman le plus célèbre se déroule ici.

Resté sur ma faim, quant à la visite de la ville bien triste en cette saison, je me console donc à ouvrir ce roman : "Un héros de notre temps"  







Le musée de l'écrivain hélas fermé en cette saison.







La description que fait le héros de Taman, n'est pas trés flatteuse:

"Taman est bien la plus sale petite ville de toutes les villes maritimes de Russie."
 
Ou encore:
"le postillon arrêta son troika fatigué, à la porte de la seule maison bâtie en pierre..."

Certes, l'auteur écrit en l'an 1839 et donc tout a bien changé à Taman, mais il n'empéche que bien peu de construction historique de ces temps anciens n'est citée et donc l'héritage architectural se réduit au minimum: les maisons de bois cosaques ne sont pas faites pour durer...

A propos du roman, j'aime bien la lucidité de l'auteur - pourtant agé de 25 ans quand il achève le livre- :
"Et si tous les hommes raisonnaient davantage, ils seraient convaincus que la vie ne vaut pas la peine qu'on s'occupe d'elle autant qu'on le fait"

Autrement dit: Carpe Diem.

Ou bien encore l'humour:
"...tout était calme, si calme, que par le murmure des moucherons on aurait pu suivre leur vol..."

J'aime à imaginer suivre le parcours d'un moucheron seulement au bruit qu'il produit, sachant bien la déjà difficulté à le faire des yeux.

Si le coeur vous en dit:
                 Un héros de notre temps                          

2 commentaires:

  1. Le saviez vous? Anapa possède la plus longue plage d'Europe, celle de Djémété! (wikipédia est mon ami ;))

    RépondreSupprimer
  2. Je croyais que la plus longue était ... en Belgique ! à Ostende ! mais au fait où donc s'arréte l'Europe et commence l'Asie ? Anapa est-elle vraiment en Europe ? (c'était la question du jour ;))

    RépondreSupprimer