Rotterdam sur Maas

!! Rotterdam mérite des !! mais pas le ! minuscule que l'on utilise courament, non: le ! majuscule celui que vous chercher sur le clavier mais dont la touche n'existe pas; 
Celui-là:    !
La ville abrite l'Institut Néerlandais de l'Architecture et donc, vous parler de cela serait d'un banal...
Ce serait comme parler de porcelaine à Limoges, de nougat à Montélimar ou bien de montres en Suisse ou bien encore de réglements de compte à Marseille...commun en somme.
Mais bon.
Lorsque vous arrivez, la premiére chose qui vous fait lever les yeux et s'exclamer à grands coups de !
et de !! c'est bien l'architecture. Alors voilà - sans en parler - quelques vues du quartier de Lijnbaan (lijnbaankwartier):



Rien que cet immeuble aux étages décalés et ces maisons cubes où maisons-arbres de Piet Blom, il y a de quoi pousser des grands !!
majuscules non ?








Et voici le premier "gratte-ciel" d'europe, la première tour d'habitations contruite en 1989, appelée la maison blanche (Het Witte Huis)



Entre 2 constructions récentes, la cathédrale Saint Laurent n'a plus l'allure dominante qu'elle pût montrer par sa taille il y a longtemps: engloutie, coincée par une innovation urbaine constante, "contraste marquant" indiquent les brochures mais pour moi, elle fait figure d'un édifice aligné parmi tant d'autre, comme un échantillon d'une collection, témoin d'une époque lointaine.


Terminée en 1525, la cathédrale fut trés endommagée  par les bombardements de la dernière guerre. L'édifice est désormais un batiment multifonctionnel pour des expos, concerts, conférences, etc. l'ouverture de ce lieu ne semble pas pérenne car une association se bat pour résister à la crise qui éloigne les réservations de ce superbe espace (Association des Amis de la Grande Eglise Saint-Laurent )
L'extérieur est sobre, comme peut l'être le gothique Brabançon, absence d'ornements, tout comme l'intérieur qui est, lui quasi vide, sentiment d'un hangar désaffecté aux yeux des habitués: pas de longues rangées de bancs vernis, aucunes statues, à peine un confessionnal.

ça et là, quelques "restes" soigneusement accrochés. L'immense espace promet aux orgues massifs une résonance divine...



Pas loin de ce quartier, coule la Meuse - la Maas - dont l'autre rive offre d'autres invitations qui resteront sans réponse faute de temps - comme toujours -

Allant vers le Pont Willemsbrug, une enfilade bizarre d'objets métalliques m'interpelle:


Un parallélépipède d'acier avec une 'queue en tire-bouchon, est arrimé en équilibre au bord d'un vieux pilier (de l'ancienne voie ferrée) créant ainsi une tension sur un câble, lequel connecté à une tringle métallique géante elle-même adossée au même pilier sur une barre de fer.



L'autre extrémité de cette tringle retient un énorme anneau qui lui est  rattaché à une barre de fer ronde puis se suivent d'autres objets métalliques:
torsade,
sphére,
plaque
barre de section carrée
et
re-barres de fer... le tout accroché au pont rouge Willemsbrug


Ce montage à la Dubout (mais horizontal) mesure 182 métres, on m'a dit que lorsque la Meuse est haute certains éléments sont dans l'eau, pésent donc moins et la sculture donc tirée du coté du pilier, se reléve, jouant ainsi avec les forces de la nature. Je cite: "Interaction entre le fleuve, le pont et le pilier".

Cette sculture de tendance "cubisme analytique" (non, non, ne me demandez pas exactement ce que ça signifie, je fais juste du copié-collé), est l'oeuvre de Auke de Vries. 1982-94. Moi j'aime bien.
à +

Perspective. Tallinn

 
Ah qu'il est haut le clocher de la petite église semblant toucher le ciel !
 
Mais, les temps changent, et ce qui était haut autrefois... 
 Devient minuscule désormais...
 
Bon, j'espére que vous l'avez repérée cette petite église...
à +

Tallinn, un petit tour dans la Vieille Ville.

Ah ! L’Europe du nord, je n'y ai "pas droit" souvent à cette partie-là du continent, et pourtant ce n'est pas l'envie qui m'en manque !

Me voici donc aux Pays Baltes
- aïe, je crois que j'ai déjà écris ça quelque part -
Tallinn ! 
 

Sur le chemin de la vieille ville, Je vous présente Anton Hansen Tammsaare, The écrivain  of  Tallinn,




Dés l’entrée entre ces deux tours, les premières rues et places profitent pleinement de leur patrimoine moyenâgeux à des fins touristiques:
 
 
 
 
 Déguisements d’époque ridicule, auberge avec repas de viandes séchée servis dans des poches de cuirs et pichets de bière grossiers,
 
 
 
Tout est fait pour que la foule helsinkienne du week-end consomme au maximum, quitte à ramasser au petit matin du Lundi, les imbibés de vodka sur le quai du dernier ferry, parti sans eux la veille...
 
 
Echoppes de souvenirs
 
Devant le Goodwin Steak house, un taureau noir prend la pose.
 
Un garçon vous frappe une piéce de bronze (?) pour un souvenir original
 
Ah ! ce treizième tome du Trône De Fer de George R.R. Martin, doit influer ma vision car dans cette vieille ville, je me crois un peu à Port-réal, m'attendant à rencontrer ici  le Chevalier des fleurs, ou la Reine Cersei ou peut-être bien un des Stark de Winterfell...


Plus haut, le calme revient, la superbe cathédrale Alexander Nevsky apparait.

Et puis voilà une trés belle vue de la ville !
 
 





Autrement dit:
Merci Mr Yeltsin de nous avoir rendu ce qui nous appartenait...




Petite promenade aussi rapide que candide certes ,

D'autres visites s'imposent !

En attendant un peu de repos à la manière de ce Puhkaja (vacancier) du sculteur Tauno Kangro (coupable du Taureau Noir également)

à +

Le vent nous portera Droit Dans Le Soleil



Sous le nom du groupe "Détroit" Bertrand Cantat nous revient avec un trés beau morceau, Droit dans le soleil. L'album devrait sortir en Novembre.




J"en profite pour vous coller ici, la superbe reprise de Sophie Hunger, choisie comme musique finale du film italien "Terraferma".



à +

Riga Art Nouveau

Oui, vous disais-je, (là) Riga n’est pas seulement plaisante par ses nombreuses églises : elle a aussi un patrimoine Art Nouveau appéciable.
Je vous laisse ci-après  quelques clichés.



Trés joli toit de cuivre




 







La maison aux chats est très connue et ses miauleurs acrobates se retrouvent sur les cartes postales.












La pluie cesse et fleurissent aussitôt les petits commerces d’ambre et …de superbes chaussettes !



 Voilà la visite se termine, pas trop de temps pour approfondir hélas
Mais si je vous disais que j'ai le sentiment (la météo aidant) que Riga ne vaut pas à elle seule un voyage depuis la France, en plus de la pluie, vais-je m'attirer la foudre ?
à +

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Rechercher dans ce blog